chateau_de_la_roche

Assemblée ouverte et festive de Saint-Priest-la-Roche – 24-26 septembre 2021

Nous étions environ 80 pour ce week-end d’automne à Saint-Priest-la-Roche : des journées denses qui ont commencé avec l’hommage à Magalie Merle et Xavier Ricard, décédés cet été. La journée du samedi a été consacrée aux ateliers débats et la réflexion sur les biens communs a été lancée par Benjamin Coriat. Le dimanche a été consacré aux restitutions d’ateliers et aux propositions d’actions, puis au débat sur les propositions de l’équipe démocratie interne à propos de l’évolution des statuts et du règlement intérieur du CNNR. Le temps nous a manqué pour terminer, mais nous nous retrouverons le week-end des 22 et 23 janvier 2022, à Paris, afin de poursuivre cette assemblée et partager de nouveaux moments riches en échanges.
 
Des messages de soutien nous ont été envoyé par Katell Gouello, Florent Massot, Denis Robert, ainsi que Pablo Servigne : « Un petit message de soutien à vous toutes et tous réunis dans la Loire ce week-end. Puissiez-vous trouver l’énergie et les mots pour continuer à décrypter notre époque Covid, construire un programme, et trouver des moyens de résistance … sans ajouter de nouveaux clivages ! L’enjeu est de taille, mais il passe toujours par de chaleureuses rencontres. Courage ! »
Quelques retours de participant.es:
« Je me lève ce matin portée par l’enthousiasme et la joie que ce week-end nous a insufflé. C’était un vrai plaisir que de se rencontrer et de partager ces échanges. Nous avons pris la mesure de la diversité (et immensité) des chantiers auxquels nous devons nous atteler mais je crois aussi que ces journées nous ont donné l’énergie nécessaire à nous retrousser les manches ! » (L.)
« Lundi, et des étoiles dans les yeux ! Quel plaisir que la richesse de nos échanges ! Nous sommes, pour notre part, à la veille de créer un comité local » (B.)
« Je ressors avec la même impression porteuse d’avenir. Le CNNR en réanimation depuis l’annulation des 1000 à Die a pris un nouvel élan ce WE. » (A.)
« Tout au long du weekend, il fut essentiellement question de défense des communs et de construction d’un monde commun. J’en ressors avec le sentiment que progressivement nous sommes en train de constituer une communauté militante de plus en plus soudée, parlant de plus en plus en plus la même langue et partageant des objectifs communs… On a réussi à parler politique au sens noble du terme (et pour moi, c’est déjà une fin en soi) et on repart avec des projets à court et moyen terme.» (J.)
L’ensemble du week-end a été sonorisé et enregistré par Farida, dérushé par Paul (merci à eux !) et cela nous permet de vous proposer de retrouver l’intégralité des débats ci-dessous.
 
Samedi 25
 
9h /9h30 : Ouverture des journées en plénière – Hommage à Magalie Merle et Xavier Ricard Lanata
 
Fichier sonore ici :
Texte de Jacques Ould Aoudia ici
 
9h30-11h : Causerie autour des communs avec Benjamin Coriat, membre des Economistes atterrés (dernier ouvrage paru : Le bien commun, le climat et le marché – Editions Les Liens qui Libèrent)
 
Après un rappel historique sur l’histoire des communs, il a défini ce qui, pour lui, faisait commun aujourd’hui : une ressource en accès universel, un système de droits et obligations partagés pour la protéger, et une gouvernance impliquant tous les ayants-droits, même les plus faibles. L’exemple de la reprise en main de la gestion de l’eau en Italie a été largement commenté.
 
11h, Atelier 1 « Gestion de la crise sanitaire et institutions » : animé par Christian Castellanet du collectif Les citoyens en alerte avec Clément Schouler, magistrat, membre du Syndicat de la Magistrature et Christian Celdran, administrateur civil honoraire, avec la participation de Benoit Piedallu (Quadrature du net) et Julien Bartoli, avocat.
 
Clément Schouler a interrogé la proportionnalité de la réponse de l’Etat face à la crise sanitaire et l’équilibre entre contrainte et liberté pour le citoyen.
Christian Celdran a évoqué le lobbying international qui pèse sur les politiques publiques.
 
Julien Bartoli en a appelé à la responsabilité des citoyens et leur nécessaire intervention dans l’espace public et politique. La discussion a porté sur la gestion autoritaire, le difficile rôle de la justice, la problématique de l’information partielle et partiale. Un constat : cette crise accélère les dysfonctionnements de notre société et de nos institutions : il est important d’y répondre dans le respect de chacun et par un débat apaisé, incluant tout le monde.
 
Enregistrement de l’atelier : ici – Extrait de l’intervention de Julien Bartoli ici :
 
Benoit Piedallu, n’ayant pu rejoindre à temps l’atelier, a envoyé son intervention, à retrouver ici :
 
 
11h30 : Atelier 2 « Agriculture et forêt » avec Aude-Marie Moyne, maraîchère, Lucien Chassagne, du collectif « Terres de liens » et Jean-Pierre Peyron, ancien maire de Viens et garde du Parc naturel du Lubéron
 
Jean-Pierre Peyron, ancien maire de Viens et garde du Parc naturel du Lubéron
 
Après un exposé sur l’utilisation du bois (énergie et construction) dans un cercle vertueux pour le bilan carbone, Jean-Pierre Peyron a proposé plusieurs critères d’appréciation pour la gestion de la forêt : biomasse, diversité, réversibilité, cohérence et démocratie. Il s’agit d’éviter les prédateurs et la marchéisation du droit à polluer et redonner le pouvoir d’agir aux citoyens pour faire de la forêt un bien commun.
 
Aude-Marie Moyne, maraîchère
 
Aude-Marie a fait part de son expérience de maraichère en tant que locataire d’une terre acquise par la communauté de communes et gérée avec l’aide de Terre de liens (250 fermes et 3500 ha en France), pour répondre à la fourniture de la cantine en produits bio.
 
L’ensemble de l’atelier est à écouter ici
 
 
14h-15h30, Atelier 3 en groupe
« La transition écologique : que peuvent faire les salariés ? » avec Nathalie Moncel (ingénieure de recherche, économiste) Prise de parole spontanée et état des lieux pour cet atelier : qu’est-ce que la transition écologique ? un chemin (plusieurs chemins ?) vers un avenir souhaitable…. Pour en être les acteurs, plusieurs conditions sont posées : éducation, adaptation de l’outil de travail, pouvoir délibératif des salariés, nécessité de renforcer les droits sociaux pour la soutenir. Discussion intense sur la transition énergétique, notamment sur la place des syndicats et des experts. Consensus sur l’urgence à changer d’indicateurs en matière d’économie (PIB …), et une question forte : comment les salariés les plus précaires peuvent-ils se réapproprier le capital dans l’entreprise ?
Enregistrement à retrouver ici :
 
 
Atelier 4 : « Démocratie sanitaire » animé par : Didier Ménard (généraliste – auteur de “Pour une médecine sociale“) et Benjamin Coriat, du collectif Ateliers de refondation de l’hôpital public (*https://ateliersrefondationhopitalpublic.org/)
 
Il a été question de la définition de la santé, de la pratique en santé communautaire, du recours aux richesses de la communauté, d’une nouvelle fonction de médiation en santé et de patients … porcelaines.
Enregistrement à retrouver ici : version intégrale/version courte
 
16h-17h30, Atelier 5, « Education/bien commun » avec Marie Preston, artiste, maitre de conférence à Paris 8
 
Après avoir visionné les télés expérimentales réalisées à Vitruve et à La Villeneuve dans les années 70, les participants se sont emparés de trois techniques de production pour créer des slogans/propositions sur éducation bien commun (affiches avec des alphabets encrés, linogravures, pochoirs).
 
Quelques textes proposés : Pour que l’école décolle / Learning by doing / pensée non carrée / Education, arme fatale contre la manipulation / Le développement, la coopération, pas la compétition / La compétence éducative n’est pas où on la conforme / Tu es différent, c’est nourrissant …
Des photos ont été prises par Marie Preston et sont à notre disposition pour une action “éducation bien commun“.
 
Rappel des éléments principaux de l’appel de Raymond Millot qui sont repris dans la brochure parut en novembre aux Editions Massot. Pendant l’atelier il a été question des pédagogies alternatives développées dans les années 70, inspirées de Freinet.
 
Atelier 6, Expérimentation démocratique : animation Brigitte (Paris) et Camille (Grenoble)
 
Ce sont les groupes qui ont constitué l’atelier : choix des thèmes, expérience du consensus pour les choisir, etc. Moralité : la démocratie ça prend du temps !!
Mais tous les thèmes évoqués ont été importants et ont mis en évidence l’envie de se retrouver, d’échanger et la nécessité de construire ensemble par petits groupes.
 
Evocation de divers éco-lieux dans la Loire qui pourraient servir de base au plaisir de se retrouver avec d’autres collectifs. Proposition de consacrer un week-end dans le Trièves sur l’expérimentation démocratique : partage de méthodes, d’outils de décision et de débats. Réutilisation des contributions de Nuit Debout, etc.
Enregistrement de l’atelier ici
 
18h-20h30 : Projection du film « La Sociale » de Gilles Perret, suivi d’un débat sur la sécurité sociale de demain avec Samuel Churin et les intervenants des ateliers (salle communale) – Projection ouverte aux habitants
 
Expérimentations sonores (merci à Farida) musique improvisée (MerciAnne, Chantal, Lia, Marie-Ange…)
 
Dimanche 26 septembre
 
9h-10h30, Restitution des ateliers : discussion et engagement sur les propositions : Festival des luttes, Actions locales, Bibliothèque partagée, Journée nationale d’action CNNR, action médiatique autour des communs ou de la Sécurité sociale par exemple, qui réunirait tous les comités locaux le même jour, avancée sur le programme et construction du lien entre les jaunes, les rouges et les verts pour arriver à une convergence de propositions (partir des problèmes et trouver les solutions comme des Cahiers de doléances pour « ramener du fond ») – Enregistrement ici :
 
11h-13h, AGs ordinaire et extraordinaire : L’équipe « démocratie interne » a fourni un travail de longue haleine afin de revoir et faire évoluer les statuts et le règlement intérieur du CNNR. Leurs propositions méritaient d’y consacrer plus de temps que nous en avions, après ces deux jours déjà bien chargés. Pour donner du temps aux débats et aux prises de décisions, nous avons choisi de nous retrouver, en janvier 2022, pour finaliser cette assemblée générale importante.
 

2 réponses

  1. Je viens de découvrir le cnnr, j’aimerais participer à la session du weekend du 22 23 janvier si possible. Où est-ce que ce sera? et à quelle heure?

  2. Bonsoir Thomas,
    Merci de l’intérêt que vous portez à notre mouvement. Je vous envoie le programme par mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email