Sur l'identité, la genèse et l'évolution du CNNR

Vous avez été nombreux et nombreuses à vous rapprocher de nous et à vouloir faire vivre le symbole du CNR et nous vous en remercions ! Certain•es d’entre vous nous ont demandé des explications sur la genèse, l’évolution et les choix stratégiques du CNNR. Voici un texte qui les récapitule.

Le CNNR a été officiellement créé le 27 mai 2020 et ce lancement a été matérialisé par un appel diffusé dans les médias. Nous, membres d’origine du CNNR, sommes engagés sur une feuille de route précise. Le CNNR est composé d’un Conseil constitué de personnalités engagées dans différentes luttes. Ce Conseil a pour mission de mettre en place le projet suivant :

1) Création de Comités locaux

Pour créer un Comité local il suffit de signer la charte du CNNR et d’adhérer. Cette charte précise entre autres que le CNNR s’oppose au néolibéralisme et à toute forme de racisme, de sexisme et de xénophobie.

Les Comités locaux du CNNR sont autonomes et ont une double vocation :

Accomplir des actions immédiates. Aucune lutte ne pourra obtenir de victoires sans rapport de force. Ce rapport de force est un élément essentiel du projet du CNNR. Ces actions pourront être locales ou nationales. Les Comités locaux diffuseront leurs actions, pourront les proposer au Conseil ou aux autres Comités locaux pour qu’elles deviennent nationales. Le Conseil pourra lui aussi proposer des actions à tous les Comités locaux.

• Discuter, contribuer, participer à l’élaboration d’une feuille de route pour gouverner. Ce programme est appelé « Programme des Jours Heureux ». Pour cela chaque Comité local peut organiser les discussions comme il le souhaite. Il recevra des éléments, des questions, des problématiques et fera part de ses propositions. Le Conseil a pour vocation de proposer des éléments de réflexions, d’expertises, et pourra donner son avis. Mais dans tous les cas, les Comités locaux sont libres de ne pas tenir compte ou même de s’opposer à ce que le Conseil leur adressera.

La règle est simple et transparente : le Conseil propose, les Comités locaux disposent et inversement les Comités locaux proposent et le Conseil dispose. Dans tous les cas, il n’y a aucune velléité de verticalité mais d’accompagnement et d’organisation.

De plus :

• Les Comités locaux CNNR s’efforcent de travailler en bonne intelligence et dans un esprit de coopération avec tous les milieux militants présents dans leurs secteurs respectifs. Ils ont vocation à fédérer. Pour cela, ils doivent faire preuve d’une attitude exemplaire, respectueuse de la charte.

Pour mieux gérer les situations difficiles, un guide de bonnes pratiques sera mis en place.

• Les Comités locaux du CNNR doivent impérativement faire preuve de la plus grande humilité et se mettre au service de tous les militants “alliés” et “partenaires”. Ils soutiendront toutes les luttes et résistances rouges, jaunes et vertes qu’ils rencontreront et aux côtés desquelles ils seront amenés à lutter et à militer.

• Les militants du CNNR s’engagent à réveiller les vocations suscitées par l’imaginaire de la résistance et du CNR d’origine.

2) Constitution d’équipes de travail opérationnelles

Lors de notre premier rassemblement à Die en juillet, une cinquantaine de militants et bénévoles ayant répondu à l’appel du 27 mai 2020 et à l’organisation de pique-niques résistants ont été associés à l’organisation de “1000 à Die”. Cet événement devait permettre de propulser le mouvement à l’échelle nationale par la formation d’un millier de nouveaux adhérents et la constitution d’une centaine de nouveaux Comités locaux. 

Malheureusement, malgré la formidable énergie dépensée dans sa préparation, nous avons été contraints d’annuler ce rassemblement en raison des contraintes sanitaires.

Nous devons reconnaître que cette annulation indépendante de notre volonté a considérablement nuit au CNNR et à la dynamique d’adhésions qu’il poursuivait avec succès. Nous le regrettons d’autant plus que des dizaines de bénévoles y ont accordé beaucoup de temps et d’énergie.

3) Mise en place d’une équipe “démocratie interne”

Composée de militants de terrain membres de Comités locaux, une équipe initialement intitulée “gouvernance” s’est vue confier la mission de proposer au Conseil du CNNR un projet de règlement intérieur visant à garantir le respect des principes d’horizontalité, de représentativité et de transparence dans son fonctionnement.

Après s’être efforcée de rassembler le plus grand nombre de contributions, cette équipe a été invitée à soumettre son projet de règlement intérieur aux membres du Conseil lors du weekend stratégique qui s’est tenu les 12 et 13 septembre 2020 à Paris. Le Conseil a adopté ce projet à l’unanimité permettant ainsi l’intégration rapide au sein même de l’instance dirigeante du CNNR de nombreux militants issus d’horizons variés. C’est ainsi que des membres de Comités locaux, ont rejoint le Conseil. Ce dernier est donc maintenant composé de « personnalités ayant une expertise » et de représentants de Comités locaux.

Cette équipe a par ailleurs pris la décision de se renommer équipe “démocratie interne”, partant de l’idée que pour combattre la “gouvernance” néolibérale, nous devions assurer et garantir la « démocratie interne” au sein du CNNR. Cette équipe, composée de membres du Conseil en lien direct avec des Comités locaux se réunit maintenant à intervalles réguliers pour questionner la manière dont sont prises les décisions au sein du Conseil. 

Elle exerce une mission de vigilance et formule des propositions d’amélioration des pratiques du CNNR.

Afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle, l’équipe “démocratie interne” a vocation à recevoir des propositions émanant des Comités locaux et se renforce par l’intégration en son sein de représentants de ces mêmes Comités locaux. 

Elle est l’une des réponses que nous pouvons apporter au défi que représente l’association de mouvements de résistance issus d’univers et de cultures militantes différentes et attachés à l’idéal démocratique.

L’équipe “Démocratie interne” présentera dès le Printemps 2021 un projet de révision du Règlement intérieur du CNNR afin de tenir compte de l’évolution du nombre d’adhérents et de conforter le respect de ses valeurs démocratiques. 

Conscient de l’ampleur de la tâche, le CNNR est résolument engagé dans une démarche collaborative visant à associer le plus grand nombre à la prise de décision.

Les différentes équipes de travail opérationnelles constituées dès notre premier rassemblement à DIE sont l’expression même de cette démarche. Elles offrent à tous les adhérents, bénévoles et militants qui le désirent la possibilité d’être intimement associés à l’organisation et au fonctionnement du CNNR.

4) Initiation d’un COPIL (Comité de pilotage inter-organisations)

Le 16 Juillet 2020 le Conseil a décidé d’acter un partenariat avec toutes les organisations intéressées par l’élaboration du Programme des Jours Heureux. Pour cela nous avons commencé par décider d’un processus démocratique commun pour élaborer, voter et écrire le document final.

Qu’est-ce que le projet des Jours Heureux ?

Aujourd’hui, nous avons autant besoin de résister que de rêver à des jours heureux.

Les Jours Heureux rassemblent toutes les organisations et citoyens qui ont décidé d’unir leurs forces pour co-construire un projet de société permettant d’instaurer une vraie démocratie sociale et écologique.

Comment produire un tel projet de société ?

Les comités locaux CNNR et ceux des autres organisations débattront des jours heureux en toute autonomie. Après ces premières discussions et décisions en comité local, les membres des Jours Heureux seront réunis en assemblées populaires :

  •   Les Assemblées  populaires des Jours Heureux (nombreuses et locales) débattront de ces propositions et feront remonter des consensus et dissensus qualifiés à l’équipe de rédaction
  •   L’Équipe de rédaction compilera ces propositions, les intègrera au projet de société et renverra les dissensus, incohérences et incompatibilités à des Jurys citoyens.
  • Les Jurys citoyens tirés au sort débattront, auditionneront des experts et trancheront les dissensus, incohérences et incompatibilités pour permettre à l’équipe de rédaction d’aboutir à un document cohérent.

5) Désaccords et décisions

Suite à la mise en place de ce COPIL, des désaccords sont nés quant à la voie à suivre.

Nous, membres d’origine, savons précisément ce pourquoi nous nous sommes engagés : réunir dans des Comités locaux des citoyens résistants verts, jaunes et rouges afin d’établir un vrai rapport de force et construire un projet de société. Nous sommes restés fidèles à notre engagement originel. Pour arriver à un tel objectif, certains nouveaux membres du Conseil souhaitaient s’engager sur une voie différente : déplacer le cœur de l’action et du projet au sein du COPIL.

Nous avons toujours affirmé que nos priorités étaient l’ancrage local (actions et discussions politiques) et le rapport de force pour reprendre l’idée des maquis d’origine. Le CNNR est donc bien le cœur de nos priorités, ce qui ne nous empêche pas de co-organiser le projet des Jours Heureux avec nos partenaires.

Les dernières réunions du Conseil ont permis d’éclaircir notre projet et ses objectifs.

Ce document est notre feuille de route.