Document initial de travail destiné aux Comités Locaux

Qu’est-ce que le projet des Jours Heureux ?

Où est passé notre idéal de démocratie ? Où sont passées les richesses ? Comment la confiance a-t-elle pu à ce point s’évanouir ? Où est la fraternité (et la sororité) dont la France est si fière ? Où sont les dirigeants au service de l’intérêt général ? Où est le peuple ? Et qu’est devenu l’horizon qui donne espoir et ouvre des chemins ?

Aujourd’hui, nous avons autant besoin de résister que de rêver à des jours heureux

Les Jours Heureux rassemblent toutes les organisations et citoyen.ne.s qui ont décidé d’unir leurs forces pour co-construire un projet de société permettant d’instaurer une vraie démocratie sociale et écologique.

Pour élaborer ces propositions, ils.elles vont à la rencontre des citoyen.ne.s, des acteurs.trices du territoire pour recueillir leur parole, leurs besoins, leurs suggestions et leurs rêves, ils.elles s’appuient sur les propositions existantes des associations, des collectifs et organisations qui ont déjà travaillée sur cette thématique, et se nourrissent des différentes sources d’expertise ou d’inspiration mise en commun par les membres des Jours Heureux.

Comment produire un tel projet de société ?

Après ces premières discussions et décisions en comité local, des membres des jours heureux seront réunis en assemblées populaires :

Pour commencer ce travail, nous vous proposons ce premier document commun afin d’échanger et d’élaborer des pistes de propositions. Nous avons listé une première liste de questions essentielles qui recouvrent une partie du programme.

Nous l’avons souhaitée courte afin que chaque enjeu soit débattu en profondeur. Nous nous sommes attachés dans un premier temps au quotidien.

Un front de résistance : d’une convergence des problèmes vers une convergence des solutions

Nous sommes d’abord tous des « résistants » et résister c’est d’abord s’opposer… puis construire. Nous vous proposons la démarche suivante :

1) Identifier ce à quoi vous vous opposez prioritairement

… à partir de vos expériences et de vos vies quotidiennes. Se mettre d’accord sur le champ de valeurs que vous partagez et qui vous pousse à agir.

2) Décrire vos conditions d’existence (« Cahiers de doléances »)

Il est nécessaire, avant tout débat et proposition politiques, de s’atteler à formuler des cahiers de doléance (la proposition est de Bruno Latour) : “si vous pouvez décrire le territoire que vous habitez, vous pouvez définir des intérêts et donc dessiner des lignes de conflits et vous mettre en quête d’alliances. Une expression politique devient à nouveau possible.”

Ce qu’on entend par territoire : “c’est l’ensemble des êtres – humains et non humains – dont on a besoin pour subsister et dont la liste ne peut être dressée que par une enquête contradictoire menée collectivement. Ce territoire nouvellement dessiné, il s’agit ensuite de savoir si l’on est prêt à le défendre avec qui et contre qui”.

C’est donc finalement : 1. ce qui permet de subsister ; 2. ce que l’on peut se représenter ; 3. ce que l’on est prêt à défendre.

L’intérêt de ces cahiers est de redevenir capables :

– de décrire nos conditions de vie dans le plus grand détail ;

– de repérer les injustices qui marquent ces conditions de vie ;

– de formuler des doléances pour redresser ces injustices.

– objectif : faire la liste des doléances de chaque territoire.

3) Elaborer des propositions sur base des questions ci-dessous, afin de dessiner le champ des futurs souhaitables, thème par thème:

Nous proposons de vous envoyer régulièrement une série de nouvelles questions, nous proposons aussi de nous faire parvenir les questions que vous souhaitez partager avec tous les autres comités locaux.

Bonnes rencontres !

Le comité de Rédaction