bandeau-CNNR-rougevert

NON au PASS SANITAIRE GENERAL !

Les annonces liberticides du Président Macron, à la veille du 14 juillet, trahissent son échec dans la gestion de la crise sanitaire et sa fébrilité à tout faire pour soutenir la croissance. L’objectif étant de respecter ses engagements vis-à-vis de Bruxelles quant aux réformes de l'assurance chômage et des retraites.

Les annonces liberticides du Président Macron, à la veille du 14 juillet, trahissent son échec dans la gestion de la crise sanitaire et sa fébrilité à tout faire pour soutenir la croissance. L’objectif étant de respecter ses engagements vis-à-vis de Bruxelles quant aux réformes de l’assurance chômage et des retraites.

Cyniquement il n’annonce pas d’obligation vaccinale, sauf pour les soignants et surtout pas les policiers, mais il fait porter à d’autres, les restaurateurs, les contrôleurs de la SNCF, les gérants de cinéma, etc., la responsabilité du tri entre les vaccinés et les non vaccinés. Ces derniers, citoyens de seconde zone, seront désormais privés de tout (vie sociale, loisirs, déplacements et même les courses au supermarché) pour les punir et stigmatiser leur supposée responsabilité individuelle dans la situation que nous connaissons. Rappelons qu’à ce jour, seulement 53 % des Français de plus de 18 ans sont vaccinés. Cela fait beaucoup de monde à exclure. Sans compter les jeunes de 12 à 18 ans qui sont aussi dans la cible du Président.

Pourtant ce n’est pas la punition, la menace de licenciement, le déclassement, la division qui vont nous faire avancer tous ensemble vers une sortie de crise. Après avoir sacrifié la santé publique, qu’il délègue volontiers à des consultants et à des officines privées, après avoir démoli la médecine du travail et la médecine scolaire, après avoir été incapable de donner les moyens de fonctionner à l’hôpital public – qui a soigné 85 % des patients COVID – le pouvoir joue maintenant sur la division. Il attise les pires réflexes, la peur de la 4ème vague, la méfiance voire la haine de ceux d’entre nous qui ne se sont pas fait vacciner. Alors même que près de la moitié de la population ne l’a pas fait !!

La crise sanitaire a mis en évidence le renforcement des inégalités et l’augmentation de la pauvreté. Même la très mesurée Société Française de Santé Publique souligne le « gradient social » chez les non vaccinés. Nous pensons qu’il faudrait convaincre plutôt que contraindre, comprendre et débattre des interrogations et des réticences des non vaccinés, aller vers tous ceux qui n’ont pas de contact avec les services de santé. Au lieu de cela, ce Président qui décide seul, sans Parlement, ne sait que manier la menace et l’atteinte aux libertés pour « pourrir » la vie de ceux qui ne sont pas dans la ligne tracée.

Or cette ligne, c’est celle des réformes promises au MEDEF, à Bruxelles et à tous ceux que la crise a enrichi. Pour faire croître plus encore les profits en diminuant les dépenses publiques. Cette ligne, c’est une croissance aveugle piétinant les grands discours sur l’urgence climatique, détruisant des emplois au nom de la rentabilité, augmentant encore la mondialisation. Emmanuel Macron bâtit une Startup Nation qui numérise l’économie et le social. Il rêve d’une France, enfin rentable, composée non plus de citoyens mais de 0 et de 1, plus dociles. Numériser puis Surveiller et punir !

Ce Président n’a de cesse de faire passer cette politique, d’imposer au forceps ses réformes de l’assurance chômage et des retraites. Pour faire diversion il attise les divisions en désignant à la vindicte populaire les chômeurs, les travailleurs qui relèvent des régimes spéciaux des retraites, ceux qui à 62 ans sont épuisés par une dure vie de travail et à qui il demande de travailler plus longtemps, les seniors que les entreprises ont licenciés parce qu’ils n’étaient plus suffisamment productifs, les jeunes sans formation… et maintenant les non vaccinés.

Le Conseil National de la Nouvelle Résistance dénonce le régime en place. Nous dénonçons le tour autoritaire et liberticide qu’a pris l’État ces dernières années. Nous exigeons le retour de nos libertés, de la démocratie, du contrôle des institutions républicaines et du débat public. Notre perspective c’est le programme des Jours Heureux du CNR, la défense et l’extension de notre modèle social. Sortons du piège dans lequel les médias nous enferment : il n’y aurait pas d’alternative !! Ne nous laissons pas entraîner dans ce débat mortifère de la vaccination dont l’objectif est de nous déposséder de nos véritables revendications. Lesquelles menacent radicalement l’oligarchie en place.

RESISTONS, BOYCOTTONS, MANIFESTONS, UNISSONS nous autour de cette RESISTANCE !

 

Le Comité local Suzanne Djian

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email